Comment six garçons abandonnés sur une île déserte y ont vécu pendant 15 mois

Six garçons abandonnés sur une île déserte pendant 15 mois. Ils ont volé un bateau à un pêcheur local et sont apparus sur une île. Ce qui s’est passé ensuite va vous choquer… Ont-ils survécu ??

En juin 1965, six garçons âgés de 13 à 16 ans d’un internat catholique décidèrent de voler un bateau à un pêcheur local.

Vous avez probablement lu Le Seigneur des mouches de Golding ? Dans le livre, désormais considéré comme un classique, plusieurs garçons issus de familles honnêtes se retrouvent bloqués sur une île déserte. Seul, sans adultes. Cela n’a mené à rien de bon.

11 ans après la publication du livre, une situation similaire s’est produite, mais le résultat a été complètement différent. Les gars étaient au-dessus de leur tête !

L’histoire est intéressante, mais malheureusement, elle est presque oubliée. Il y a un documentaire intéressant sur elle sur YouTube. L’auteur de ce film s’est rendu sur l’île inhabitée d’Ata avec Kahlo, l’un de ces six adolescents qui s’y sont retrouvés en 1965. Kahlo avait déjà 70 ans, mais il se souvenait de tout comme si c’était hier.

Le Royaume des Tonga est un État de Polynésie, situé sur près de 200 îles. En juin 1965, six garçons âgés de 13 à 16 ans d’un internat catholique de la ville de Nuku’alofa (la capitale d’un pays de seulement 20 000 habitants) décidèrent de voler un bateau à un pêcheur local. Les gars ont prévu une aventure : ils voulaient nager jusqu’aux Fidji ou même en Nouvelle-Zélande.

Les gars n’ont rien emporté avec eux : quelques régimes de bananes, quelques noix de coco et un brûleur à gaz. Pas de carte, pas de boussole. En un mot – des fous. Dès que nous avons mis les voiles, nous nous sommes assoupis. L’océan a rapidement montré qui était aux commandes. Le bateau a été couvert par une tempête, la voile a été emportée, les rames ont été cassées. Pendant les sept jours suivants, les garçons ont dérivé, se préparant au pire. La nourriture s’est épuisée immédiatement, l’eau était minime. Il a plu plusieurs fois et les gars ont récupéré de l’eau dans des coquilles de noix de coco. Heureusement, le huitième jour, ils ont échoué sur l’île d’Ata.

Superficie – 2,3 kilomètres carrés. Une végétation dense, des tropiques – après tout. Les gens vivaient ici autrefois, mais au milieu du XIXe siècle, les marchands d’esclaves péruviens ont emmené tout le monde. Depuis, l’île est inhabitée. C’est là que nos marins ont abouti. Et vous savez, dans une situation difficile, les enfants issus de familles pauvres ont montré leur meilleur côté. Très probablement, c’est l’autodiscipline qui les a sauvés.

Les garçons ont immédiatement convenu de ne pas se disputer, mais, si la situation commençait à dégénérer, de se séparer pendant un moment. Ils ont organisé des quarts de travail de deux personnes. Responsabilités : cuisine, collecte de nourriture et service de garde. Ils ont allumé un feu et pendant 15 mois ils ont veillé à ce que le feu ne s’éteigne pas. Ils attrapèrent des poissons et des oiseaux, mangèrent des tiges de taro et découvrirent plus tard les ruines d’une ancienne colonie, où ils trouvèrent des poulets sauvages et des bananes. Avec l’eau, c’était plus difficile. Il pleuvait rarement et en été, les enfants avaient constamment soif. Ils ont ensuite appris à mieux collecter et stocker l’eau.

Un jour, Stephen, l’un des garçons, a glissé et s’est cassé la jambe. Puis d’autres l’ont blessé avec des bâtons et des vignes et ont repris ses fonctions. L’os a parfaitement guéri.

 

Chaque matin et soir, les enfants priaient. L’un d’eux a fabriqué quelque chose comme une guitare avec du fil de fer et de la noix de coco et a diverti les autres avec de la musique. Les gars avaient leur propre « salle de sport » avec des « haltères » fabriqués à partir de matériaux improvisés. Quelqu’un demandera : pourquoi n’ont-ils pas essayé de s’échapper ? Nous avons essayé. Ils ont même fabriqué un radeau, mais les vagues étaient trop fortes et ils ne savaient pas où nager.

Les gars ont été retrouvés en septembre 1966. Ils ont été sauvés par le pêcheur australien Peter Warner d’une famille riche. Au début, il a dit à l’équipage d’être sur ses gardes, craignant d’être attrapé – et s’ils tombaient sur un camp de pirates ? Puis il a contacté Nuku’alofa par radio et ils ont été surpris de confirmer : oui, les garçons avaient disparu et ils s’étaient dit au revoir depuis longtemps.

C’est impossible à croire, mais à la maison, les gars… ont été immédiatement jetés en prison. Le pêcheur ne leur a pas pardonné le bateau volé. Warner a dû payer pour leur libération. Lorsque les garçons sont retournés dans leur village natal, ils ont été accueillis par toute la population de l’île. La télévision australienne a même filmé un reportage à ce sujet. Malheureusement, l’histoire commence désormais à être oubliée, mais elle est très révélatrice. Avec la tête sur les épaules et la discipline, vous pouvez surmonter toutes les difficultés.

Like this post? Please share to your friends:

Videos from internet